NZEB, des bâtiments à énergie quasi nulle : le futur de la construction en Europe !

Publié le : 28 septembre 20215 mins de lecture

Qu’est-ce que le NZEB ?

L’acronyme NZEB signifie Nearly Zero Energy Building, c’est-à-dire des bâtiments à énergie presque nulle, et indique un type de construction dans lequel le bilan entre l’énergie produite et l’énergie consommée est presque égal à zéro. Ce concept est régi par l’article 9 de la directive européenne 2010/31/UE, la directive EPBD – Energy Performance Building Directive.

La nécessité d’utiliser des bâtiments à très faible consommation d’énergie, c’est-à-dire à énergie quasi nulle, a été émise pour la première fois à la fin des années 1970, à la suite de la crise énergétique mondiale, mais ce n’est qu’au cours de ce siècle que nous essayons de légiférer concrètement dans ce sens.

Les bâtiments à énergie quasi nulle peuvent être de tous types, c’est-à-dire aussi bien des bâtiments résidentiels que des bâtiments commerciaux, industriels, publics ou privés. Grâce à leur très haute performance énergétique, ces types de bâtiments réduisent au minimum la consommation pour le chauffage, le refroidissement, la ventilation, l’éclairage, la production d’eau chaude sanitaire.

Qu’est-ce que la directive EPBD établit ?

La directive EPBD stipule qu’à partir du 31 décembre 2020, tous les nouveaux bâtiments doivent être des bâtiments NZEB. Cette échéance a été avancée, pour les bâtiments publics, au 31 décembre 2018.

Toutefois, la directive elle-même ne donne pas de définition claire de ce qu’il faut entendre par bâtiment NZEB, mais seulement un concept général énoncé à l’article 2 : un bâtiment à consommation d’énergie quasi nulle est un bâtiment à très haute performance énergétique.

Les besoins énergétiques très faibles ou presque nuls devraient être couverts dans une très large mesure par l’énergie provenant de sources renouvelables, y compris l’énergie provenant de sources renouvelables produites localement ou à proximité ».

La tâche d’élaborer une définition précise est au contraire laissée à chaque pays membre, en vertu des spécificités locales, offrant ainsi, un large éventail de possibilités de personnalisation.

Tout récemment, le Building Performance Institute Europe (BPIE) a publié un rapport résumant les différentes dispositions adoptées par les différents pays membres pour arriver à la définition respective.

NZEB en Italie

En ce qui concerne l’Italie, la législation à laquelle il convient de faire référence est, tout d’abord, le décret législatif 192/2005, complété et modifié par la suite par le décret législatif 311/2006, par le décret présidentiel 59/2009, et plus précisément par le décret législatif 63 /2013 converti en loi 90 /2013, qui est précisément ce qui transpose la directive européenne sur les NZEB.

Dans ces règlements, une importance particulière est accordée, pour l’efficacité énergétique, à la production d’énergie à partir de sources renouvelables sur le site de construction lui-même.

Au-delà de ce qui est prévu dans les règlements en vigueur, dont la définition doit toujours se heurter à une certaine lenteur bureaucratique, il est juste de rappeler que beaucoup est fait au niveau local pour la construction de bâtiments très performants.

Protocoles de Bolzano et de la maison passive allemande

Les résultats des recherches menées, dans ce sens, sont des protocoles tels que Passivhaus en Allemagne et la ClimateHouse similaire à Bolzano.

Dans les deux normes de conception, une attention particulière est accordée à l’étude de l’enveloppe du bâtiment afin de minimiser la consommation d’énergie pour le chauffage, le refroidissement et la ventilation.

Les besoins énergétiques restants sont couverts par l’utilisation prédominante des sources d’énergie renouvelables.

Les applications pratiques les plus répandues se trouvent dans les régions du nord de l’Europe, bien que, dernièrement, on tente de tester des solutions technologiques adaptées aux climats plus chauds.

Conclusion

En général, on peut donc, dire que la conception d’un bâtiment à énergie quasi nulle suit les règles de la conception bioclimatique, orientée vers la création d’un microclimat idéal avec des systèmes passifs, de manière à minimiser l’utilisation de systèmes de climatisation.

L’application de la directive NZEB devrait, également, avoir des effets économiques positifs pour le secteur de la construction.

En effet, pour se reconvertir dans le nouveau système de construction, notre pays devrait remplacer une partie des dépenses, actuellement investies dans l’importation de combustibles fossiles de l’étranger, par des dépenses de matériaux et de travaux à réaliser directement en Italie.

Plan du site